Accueil Spot Activité Diplomatique de la Mission Diplomatie de Chine News letter Reportages de Chine
 
Accueil > Déclarations du porte-parole du MAE
Conférence de presse du 23 décembre 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/12/23

Q : La nomination de Manuel Marrero au poste de Premier Ministre présentée par le Président cubain Miguel Diaz-Canel a été approuvée lors d'une récente session de la 9e Assemblée nationale du pouvoir populaire de Cuba. La Chine a-t-elle adressé des félicitations ? Qu'attend la Chine des relations sino-cubaines ?

R : Le 21 décembre, heure locale, la 4e session de la 9e Assemblée nationale du pouvoir populaire de Cuba a approuvé par vote la nomination, par le Président Miguel Diaz-Canel, de Manuel Marrero en tant que premier Premier Ministre depuis la mise en œuvre de la nouvelle Constitution cubaine. La Chine salue chaleureusement cet événement important. Le Premier Ministre Li Keqiang a adressé un message de félicitations au Premier Ministre Marrero.

Cuba est le premier pays de l'hémisphère occidental à avoir établi des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine. L'amitié traditionnelle entre les deux pays a résisté aux aléas internationaux, reste indéfectible et s'est enracinée profondément dans les esprits. L'année prochaine marquera le 60e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et Cuba. La Chine entend travailler de concert avec Cuba, en saisissant l'occasion offerte par cette date importante pour mettre en œuvre le consensus réalisé par les deux Chefs d'État, organiser les commémorations concernées, approfondir davantage la confiance politique mutuelle sur la base d'un nouveau point de départ, élargir et approfondir la coopération bilatérale, faire aboutir l'amitié traditionnelle et les échanges amicaux entre les deux pays à de nouveaux résultats pour apporter plus de bonheur aux deux peuples.

Q : Le Président Xi Jinping vient de rencontrer le Président de la République de Corée Moon Jae-in. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le Président Xi Jinping a rencontré le Président Moon Jae-in aujourd'hui à midi. La Chine a publié un communiqué de presse à ce sujet. Je peux faire une brève présentation de leur rencontre.

Lors de la rencontre, le Président Xi Jinping a souligné que la Chine et la République de Corée sont deux pays influents en Asie et dans le monde. Les deux pays partagent un large consensus sur la promotion des relations bilatérales, la promotion de la paix, de la stabilité et de la prospérité régionales, et le maintien du multilatéralisme et du régime de libre-échange. En tant qu'amis proches et partenaires de coopération, les deux parties ont maintenu un développement globalement stable de leurs relations pendant les deux dernières années. Dans la nouvelle situation, les deux pays doivent approfondir leur partenariat de coopération stratégique et tenir compte réciproquement des intérêts fondamentaux et des préoccupations majeures afin de porter les relations bilatérales à un niveau supérieur.

Le Président Xi Jinping a souligné en particulier l'importance pour les deux parties de favoriser une meilleure interconnexion de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et du programme stratégique de développement de la République de Corée pour obtenir des résultats au plus tôt. Les deux parties doivent accélérer les négociations de deuxième phase d'un accord de libre-échange bilatéral, approfondir la coopération dans le domaine de la recherche et du développement innovants, renforcer la coopération dans la sécurité de l'application de la loi, améliorer les échanges socioculturels et intensifier la communication et la coordination dans le cadre multilatéral.

Le Président Moon Jae-in a exprimé son souhait d'élargir la coopération avec la Chine dans les domaines du commerce, de la culture, du sport et de la protection de l'environnement, d'accélérer l'interconnexion de l'initiative chinoise « la Ceinture et la Route » et de la « politique de la République de Corée pour le nouveau Sud et le nouveau Nord ». Il a déclaré que les deux pays devraient travailler ensemble pour accélérer la coopération en marchés tiers, favoriser la communion d'esprit entre les deux peuples et créer une nouvelle ère pour les relations entre la République de Corée et la Chine.

Le Président Moon Jae-in a également indiqué, lors de la rencontre, que les affaires liées à Hong Kong et au Xinjiang sont des affaires intérieures de la Chine.

Les deux Chefs d'État ont également échangé des vues sur la situation dans la péninsule coréenne. Le Président Xi a déclaré que la Chine et la République de Corée ont des positions similaires et partagent des intérêts sur cette question, qu'elles sont attachées à la paix et à la stabilité de la péninsule, se prononcent pour une résolution du problème par le dialogue et la consultation, et représentent des forces fermes pour la stabilité et les pourparlers. La Chine soutient la République de Corée dans la poursuite de l'amélioration des relations avec la RPDC pour donner une impulsion au processus de pourparlers de paix de la péninsule. Le Président Moon Jae-in a déclaré que la République de Corée appréciait le rôle important de la Chine dans la recherche d'une solution à ce problème. L'occasion d'un règlement pacifique étant gagnée au prix de grands efforts, la République de Corée souhaite travailler avec la Chine pour faire avancer le processus de paix.

Nous sommes d'avis que cette rencontre a ouvert la voie au développement de la prochaine étape des relations sino-coréennes. Nous souhaitons travailler avec la partie sud-coréenne pour mettre en œuvre avec tout le sérieux qui s'impose le consensus dégagé par les deux Chefs d'État et réaliser de nouveaux progrès dans les relations bilatérales.

Le Premier Ministre Li Keqiang rencontrera également le Président Moon Jae-in. Nous publierons en temps utile les informations concernées.

Q : Le « projet de loi sur l'autorisation de la défense nationale des États-Unis pour le budget 2020 » a été ratifié aux États-Unis. Il contient des contenus négatifs qui déforment et noircissent le développement militaire de la Chine, les questions liées à Taiwan, à Hong Kong et au Xinjiang, et les achats interdits de produits chinois. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

R : Nous exprimons notre vif mécontentement quant à l'adoption obstinée et la ratification par les États-Unis du « projet de loi sur l'autorisation de la défense nationale pour le budget 2020 », qui contient des éléments négatifs sur la Chine. Nous avons fait des représentations solennelles auprès des États-Unis. Nous exhortons les États-Unis à abandonner la mentalité de la guerre froide et les préjugés idéologiques, à envisager le développement de la Chine et les relations sino-américaines de manière objective et rationnelle, et à ne pas mettre en œuvre les clauses à contenus négatifs concernant la Chine, pour éviter d'affecter les relations sino-américaines et la coopération bilatérale dans des domaines importants.

Q : Deux questions. Tout d'abord, un article publié dans The Times, rédigé par Peter Humphrey, un ancien journaliste britannique qui a purgé une peine de prison en Chine, affirme qu'une fillette londonienne de six ans a trouvé un message dans une carte de Noël achetée à Tesco, le plus grand détaillant britannique, qui disait : « Nous sommes des prisonniers étrangers enfermés dans la prison de Qingpu à Shanghai en Chine. Nous sommes contraints de faire du travail forcé. Aidez-nous, s'il vous plaît. Informez une organisation des droits de l'homme et contactez M. Peter Humphrey. » Quelle est votre réponse à cela ? Votre Ministère dispose-t-il de récentes informations sur les quatre marins chinois enlevés par des pirates au Gabon hier soir ?

R : Sur votre première question, j'ai lu des reportages dans les médias britanniques. C'est une farce mise en scène par M. Peter Humphrey lui-même.

M. Humphrey ne peut pas rester sans rien faire. De temps en temps, il fait une apparition sous les projecteurs, comme s'il avait peur que les gens l'oublient. Mais sa dernière farce semble tout à fait démodée. Je lui conseille de trouver au moins de nouvelles astuces s'il veut se faire remarquer.

Je peux vous dire de manière responsable qu'après avoir vérifié auprès des départements compétents, nous savons avec certitude qu'il n'y a pas de cas de travail forcé de prisonniers étrangers dans la prison de Qingpu à Shanghai.

Sur votre deuxième question, le 22 décembre, heure locale, quatre hommes armés non identifiés ont attaqué deux bateaux de pêche appartenant à Sigapeche et emmené quatre marins de nationalité chinoise. On ne sait pas encore où ils se trouvent.

L'ambassade de Chine au Gabon a demandé à la partie gabonaise d'agir rapidement pour savoir ce qui s'est passé, lancer une opération de sauvetage et ne ménager aucun effort pour libérer les marins chinois. Nous continuerons de suivre de près la situation.

Q : Également au sujet du « projet de loi sur l'autorisation de la défense nationale pour le budget 2020 ». Le projet de loi a officiellement approuvé la création d'une force spatiale. Le chef d'état-major de l'US Air Force a déclaré que la Chine et la Russie menaçaient gravement les États-Unis, qui ont besoin de plus de force pour faire face aux capacités spatiales de la Chine et de la Russie. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. Ces dernières années, au mépris de l'opposition de la communauté internationale, les États-Unis ont poussé leur stratégie de domination spatiale, allant de plus en plus loin sur la voie de la militarisation de l'espace et risquant d'en faire un nouveau champ de combat. Ces agissements américains constituent une grave violation du consensus de la communauté internationale sur l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique à des fins pacifiques. Ils ont saboté l'équilibre et la stabilité stratégiques mondiaux et menacent directement la paix et la sécurité de l'espace extra-atmosphérique. La Chine en est profondément préoccupée et s'y oppose fermement.

La sécurité spatiale que les États-Unis recherchent n'est qu'une sécurité pour eux-mêmes, alors que l'objectif fondamental de la communauté internationale est de sauvegarder la sécurité commune de toute l'humanité dans l'espace extra-atmoshérique. Dans leur poursuite obstinée de la militarisation de l'espace atmosphérique, les États-Unis continuent de faire du tapage autour de la Chine et de la Russie, tentent de rejeter sur autrui la responsabilité de leur faute et cherchent des prétextes pour se libérer.

La Chine se prononce toujours pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique et contre la militarisation et la course aux armements dans l'espace. Dans les circonstances actuelles, il est d'autant plus nécessaire et urgent d'entamer les négociations sur un instrument juridique international sur le contrôle des armements dans l'espace extra-atmosphérique. Nous espérons que la communauté internationale, en particulier les grands pays concernés, adoptera une attitude prudente et responsable pour sauvegarder une paix et une tranquillité durables dans l'espace et veiller à ce qu'il ne devienne pas un nouveau champ de bataille.

Q : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a critiqué le 21 décembre la Chine et la Russie pour avoir opposé leur veto à un projet de résolution sur l'aide transfrontalière aux droits de l'homme en Syrie. Il a déclaré que le veto de la Russie et de la Chine à une résolution du Conseil de Sécurité qui permettrait à l'aide humanitaire d'atteindre des millions de Syriens est honteux et qu'elles avaient du sang sur les mains. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Le représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies Zhang Jun a expliqué la position de la Chine dans sa déclaration explicative au Conseil de Sécurité. J'ai déjà répondu à cela ce week-end.

Je tiens à souligner que le mécanisme de secours humanitaires transfrontaliers est un moyen de secours spécial adopté dans des circonstances spécifiques. Il devrait être fondé sur le plein respect de la souveraineté, de l'indépendance, de l'unité et de l'intégrité territoriale de la Syrie, en tenant compte des opinions du gouvernement syrien, et être évalué et ajusté en fonction du développement sur le terrain. La Chine a décidé sa position de vote selon la réalité des faits et en prenant en considération les intérêts fondamentaux du peuple syrien. La Chine rejette fermement les accusations infondées des États-Unis.

Si les États-Unis se soucient vraiment de l'état du peuple syrien et de la situation humanitaire en Syrie, pourquoi n'ont-ils pas voté pour le projet de résolution russe ? Ils auraient eu toutes les possibilités de tenir leur promesse envers le peuple syrien. Cela montre une fois de plus que leur préoccupation est hypocrite et qu'ils pratiquent le « deux poids deux mesures ». Cela est une manifestation concrète de la politisation des questions humanitaires.

Si les États-Unis se souciaient vraiment de l'état du peuple syrien et de la situation humanitaire en Syrie, ils devraient réfléchir sur eux-mêmes, car ce qui s'est passé en Syrie, y compris les souffrances du peuple syrien, a été précisément entraîné par les actes erronés des États-Unis et de certains autres pays. Ils se sont immiscés de manière flagrante dans les affaires intérieures des autres pays et ont soutenu le « printemps arabe » au Moyen-Orient, et sont à l'origine de nombreux problèmes d'actualité brûlante régionaux.

Le monde voit clairement qui ment, qui se comporte avec hypocrisie, qui a du sang sur les mains. Ce sont eux qui devraient procéder à un examen de conscience.

Q : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré le 20 décembre que le Département d'État avait inscrit neuf pays, dont la Chine, dans la catégorie des « pays particulièrement préoccupants » en vertu du « projet de loi sur la liberté religieuse internationale » de 1998. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine s'oppose fermement à cette décision américaine infondée qui ignore les faits. Le gouvernement chinois protège la liberté de croyance religieuse des citoyens chinois, et la population chinoise de toutes les ethnies jouit d'une pleine liberté religieuse conformément à la loi. Il y a près de 200 millions de croyants en Chine, dont 20 millions de musulmans, plus de 380 000 personnes dont la profession est au service des différents cultes, environ 5 500 groupements religieux et environ 140 000 lieux de culte enregistrés pour des activités religieuses en Chine. Ce sont des faits fondamentaux qui ne peuvent pas être déformés par une poignée de politiciens américains.

Le peuple chinois est le mieux placé pour décrire la liberté de croyance religieuse en Chine. Nous exhortons les États-Unis à faire face aux faits fondamentaux et à les respecter, à bien s'occuper de leurs propres affaires et à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de religion.

Q : Selon des informations, le Président afghan Ghani est susceptible de remporter l'élection présidentielle et de renouveler son mandat. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons pris note des reportages concernés. La Chine respecte le choix fait par le peuple afghan en indépendance. Nous espérons sincèrement que l'élection présidentielle en Afghanistan se déroulera dans d'heureuses conditions.

Q : Vous avez dit, à propos de la rencontre du Président Xi Jinping avec le Président Moon Jae-in, que celui-ci a déclaré : « La République de Corée estime que les affaires de Hong Kong aussi bien que les affaires du Xinjiang sont des affaires intérieures de la Chine ». Cette déclaration du Président Moon Jae-in a été soulignée dans les médias chinois. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Voulez-vous que je fasse un commentaire à ce sujet ? (Le journaliste a acquiescé d'un signe de tête).

Telle a été la déclaration du Président Moon Jae-in. Cette déclaration, à mon avis, correspond aux faits. Il a dit un fait fondamental, à savoir que les affaires de Hong Kong et les affaires du Xinjiang sont des affaires intérieures de la Chine, n'est-ce pas ? (Le journaliste a acquiescé d'un signe de tête).

Q : La deuxième réunion du Conseil consultatif du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale s'est tenue à Beijing le 22 décembre. Pourriez-vous nous en donner plus de détails ?

R : La deuxième réunion du Conseil consultatif du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale s'est tenue à Beijing le 22 décembre. Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier Ministre français, Mikhail Yefimovich Fradkov, ancien Premier Ministre russe, Essam Sharaf, ancien Premier Ministre égyptien, et d'autres membres du Consul consultatif ont assisté à la réunion. Yang Jiechi, membre du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) et directeur du Bureau de la Commission des affaires étrangères du Comité central du PCC, a rencontré les membres du Conseil consultatif présents à la réunion.

La réunion, présidée par le Vice-Ministre des Affaires étrangères Ma Zhaoxu, a discuté de la mise en œuvre des résultats de la deuxième édition du Forum « la Ceinture et la Route » et de l'édification commune de qualité de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Les membres du Conseil consultatif ont salué les progrès réalisés dans le cadre de l'initiative « la Ceinture et la Route » et ont hautement apprécié le principe dit de « concertation, synergie et partage », le concept de coopération ouverte, verte et propre, et la poursuite d'un objectif durable favorable au mieux-être des populations. Ils ont proposé de poursuivre les efforts sur des projets de haute qualité, d'améliorer le réseau de partenaires de coopération de l'initiative « la Ceinture et la Route », de nouer des partenariats pour l'interconnexion, de promouvoir la croissance économique mondiale, de bâtir une économie mondiale ouverte et de soutenir la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, dans le but de traduire en résultats tangibles le consensus politique de la deuxième édition du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale.

La Chine espère que le Conseil consultatif continuera d'offrir des conseils et d'apporter de la sagesse et de la force au développement futur du Forum « la Ceinture et la Route » pour la coopération internationale.

Suggest to a friend
  Print