Accueil Spot Activité Diplomatique de la Mission Diplomatie de Chine News letter Reportages de Chine
 
Accueil > Bienvenue en Chine
L'histoire
2004/03/15

L'époque ancienne (de la haute antiquité à 1840)

La Chine est l'une des plus vieilles civilisations du monde, et son histoire écrite remonte à près de 4 000 ans.

D'après les données archéologiques que l'on possède aujourd'hui, l'anthropoïde dont les restes fossilisés ont été découverts dans le district de Yuanmou, province du Yunnan, et auquel on a donné le nom d'Homme de Yuanmou est le plus ancien spécimen d'humanoïde que l'on connaisse. Il vivait dans les confins du territoire chinois il y a environ 1 700 000 ans. Il y a environ 400 000 à 500 000 ans vivait à Zhoukoudian, près de Beijing, l'anthropoïde auquel on a donné le nom d'Homme de Pékin. Celui-ci possédait déjà toutes les caractéristiques fondamentales de l'homme actuel, savait marcher debout, fabriquer des instruments rudimentaires et s'en servir, et connaissait l'usage du feu. Après une longue période primitive, la dynastie des Xia, qui constitua le premier Etat de l'histoire de Chine, apparut au XXIe siècle av. J.-C. La société chinoise entra alors dans la période esclavagiste. Les dynasties qui lui succédèrent furent celle des Shang (environ XVIe-XIe siècle av. J.-C.) et celle des Zhou de l'Ouest (environ XIe siècle-770 av. J.-C.). Le système esclavagiste se développa considérablement. La dynastie des Zhou de l'Ouest fut suivie par l'Epoque des Hégémons et l'Epoque des Royaumes combattants (770-221 av. J.-C.). C'est la période de transition de la société esclavagiste à la société féodale.

La Chine a été l'un des premiers pays du monde à développer une économie. Il y a 5 000 à 6 000 ans, les paysans des rives du Huanghe pratiquaient déjà l'agriculture et élevaient des animaux domestiques. Sous la dynastie des Shang il y a plus de 3 000 ans, la fonte et le coulage du bronze avaient atteint un assez haut niveau. L'on était capable de fabriquer et de se servir d'outils en fer, et de fabriquer des objets en poterie blanche et en céramique. Le filage et le tissage des étoffes de soie connaissaient déjà un certain développement et c'est à cette époque que la première technique de tissage de la soie appelée par la suite jacquard fit son apparition. A l'époque des Printemps et Automnes (770-476 av. J.-C.), l'on connaissait la technique de fabrication de l'acier. A celle des Royaumes combattants (475-221 av. J.-C.), Li Bing et son fils dirigèrent la construction de l'ouvrage hydraulique de Dujiangyan près de l'actuelle ville de Chengdu au Sichuan, en calculant de manière scientifique les rapports entre l'irrigation, la déviation des crues et l'évacuation du limon. L'ouvrage hydraulique de Dujiangyan mérite d'être considéré comme un chef-d'œuvre de la science hydraulique de l'antiquité. A l'époque des Printemps et Automnes et celle des Royaumes combattants, la vie intellectuelle était aussi très active. Des personnages représentatifs de différentes écoles composaient des ouvrages pour exposer leur doctrine, discutaient de politique et analysaient la société. Laozi, Confucius, Mozi et Sunzi furent des personnages marquants de cette époque où différentes écoles rivalisaient.

En 221 av. J.-C., Yingzheng, homme de grand talent, mit fin à l'état de morcellement dans lequel se trouvait le pays sous la coupe des princes feudataires au temps des Royaumes combattants et fonda, sous le nom de Qin, le premier Etat féodal de l'histoire de Chine, unifié et multiethnique et au pouvoir centralisé. Il se donna le titre de Shihuangdi (Empereur fondateur des Qin), pour marquer sa supériorité sur les souverains qui l'avaient précédé. L'empereur Shihuangdi unifia les écritures, les poids et les mesures, ainsi que la monnaie, établit le système des préfectures et des districts et fit construire la Grande Muraille. Il se fit bâtir, à Xianyang et à Lishan, des palais, des mausolées et des résidences gigantesques. Les constructions ont été détruites par des incendies. Mais les objets enterrés sous le sol ont été bien conservés. Prenons le seul exemple des guerriers et des chevaux en terre cuite, découverts dans la tombe de l'empereur. Ils font de ce site extraordinaire l'une des merveilles du monde, et attirent un grand nombre de touristes chinois et étrangers. A la fin de la dynastie des Qin, Liu Bang, né dans une famille modeste, et le général aristocrate Xiang Yu s'unirent pour renverser la dynastie des Qin. Des années plus tard, Liu Bang renversa Xiang Yu et fonda, en 206 av. J.-C., la puissante dynastie des Han.

Sous les Han, l'agriculture, l'artisanat et le commerce connurent un développement considérable. Le règne de l'empereur Wudi (140-87 av. J.-C.) fut une époque florissante de la dynastie des Han. Après avoir vaincu les Xiongnu, il envoya l'ambassadeur Zhang Qian dans les Contrées occidentales. Ce fut le début de la Route de la Soie qui partait de Chang'an (Xi'an dans le Shaanxi actuel) pour aboutir sur la côte orientale de la Méditerranée en passant par le Xinjiang et l'Asie centrale. Des soieries de Chine furent transportées vers l'Occident. En 33 av. J.-C., une fille de cour, Wang Zhaojun, épousa le chef de Xiongnu, Huhanye. Leur histoire est très émouvante et leur mariage fut le début de l'unification d'un pays multiethnique. Le règne de la dynastie des Han dura 426 ans. En 220, la Chine entra dans l'époque des Trois Royaumes (220-265) au cours de laquelle coexistèrent les Etats rivaux de Wei, de Shu et de Wu.

Cao Cao, Zhuge Liang et Sun Quan furent les hommes politiques les plus éminents de l'époque des Trois Royaumes. Cao Cao, fondateur du royaume de Wei, recherchait partout des hommes de talent. Il nommait les fonctionnaires selon leur capacité et gardait des troupes en cantonnement pour leur faire défricher des landes. Zhuge Liang était le premier ministre du royaume de Shu et resta attelé à la tâche jusqu'à son dernier souffle. Depuis près de deux mille ans, il est le symbole de l'intelligence de la Chine antique. Avec Liu Bei, Sun Quan, fondateur de l'Etat de Wu, défit Cao Cao à Chibi. Plus tard, il vainquit Liu Bei lors de la bataille de Yiling. Il créa un poste de fonctionnaire agricole pour s'occuper du défrichement des landes par les troupes en garnison afin de stimuler l'exploitation de la terre au sud du Changjiang. L'histoire de ces trois personnages est relatée dans le Roman des Trois Royaumes.

Les Trois Royaumes furent suivis par le Jin (265-420), les dynasties du Sud et du Nord (420-589) et la dynastie des Sui (581-618). Li Yuan fonda, en 618, la dynastie des Tang (618-907). L'empereur Taizong (626-649), Li Shimin, fils de Li Yuan, fut l'un des plus éminents souverains de la Chine antique. Il appliqua une série de politiques qui permit au régime des Tang d'atteindre le faîte de sa puissance et de sa prospérité. L'agriculture, l'artisanat, le commerce, l'industrie textile, la céramique, la fonte et la construction navale connurent un développement considérable. Un réseau de communications par route et par voies d'eau à travers tout le pays et des liens culturels et économiques furent établis entre la Chine d'une part, et le Japon, la Corée, l'Inde, la Perse et certains pays arabes d'autre part. Après l'anéantissement de la dynastie des Tang, se succédèrent les Cinq Dynasties et les dix Royaumes (907-960). En 960, Zhao Kuangyin, grand général des Zhou postérieurs, déclencha une mutinerie et devint empereur, fondant ainsi la dynastie des Song (960-1279). En 1206, Gengis Khan unifia les différentes tribus des Mongols et fonda un khanat mongol. Son petit-fils, Kubilay entra, en 1271, dans la plaine centrale et fonda la dynastie des Yuan (1271-1368). Il fit de Dadu (aujourd'hui Beijing) la capitale. Sous les dynasties des Song et des Yuan, l'industrie et le commerce furent florissants. Nombreux étaient les commerçants et les voyageurs étrangers qui venaient en Chine. Le vénitien Marco Polo, qui voyagea et vécut longtemps en Chine, a donné, dans le récit de ses voyages, une description vivante et détaillée de la puissance et de la richesse de la Chine, ainsi que de la prospérité de son commerce et de son industrie. La fabrication du papier, l'imprimerie, la boussole et la poudre sont les quatre grandes inventions de la Chine antique, qui furent exploitées à une grande échelle sous les Song et les Yuan. Introduites dans de nombreux pays étrangers, elles ont eu une grande influence sur la civilisation mondiale.

En 1368, Zhu Yuanzhang fonda, à Nanjing, la dynastie des Ming (1368-1644). Son fils, Zhu Di, une fois monté sur le trône, commença à construire la citée de Beijing, les palais et les temples et transféra, en 1421, la capitale nationale à Beijing. Sous la dynastie des Ming, la production agricole et l'artisanat connurent aussi un grand développement. Les germes du capitalisme firent leur apparition vers la fin des Ming. En même temps, les échanges amicaux entre la Chine et les pays asiatiques et africains devenaient de plus en plus fréquents.

Vers la fin des Ming, les Mandchous de la Chine du Nord-Est manifestèrent de plus en plus leur force. Sous la conduite de leur chef Nurhachi, ils pénétrèrent dans la plaine centrale et trois générations plus tard, finirent par fonder, en 1644, la dynastie des Qing (1644-1911). Les empereurs Kangxi et Qianlong furent les plus éminents de cette dynastie. On appelle la période qui correspond aux règnes de Kangxi (1661-1722) et de Qianlong (1735-1796) "l'âge d'or de Kangxi et de Qianlong". Sous la dynastie des Qing, un certain nombre de romans d'une grande valeur artistique furent aussi publiés. Par exemple, le Rêve dans le Pavillon rouge, qui décrit la décadence d'une famille noble de l'époque féodale.


L'époque moderne (1840-1919)

La Guerre de l'Opium de 1840 marque un tournant dans l'histoire de la Chine. Dès le début du XIXe siècle, la Grande-Bretagne commença à introduire en Chine une grande quantité d'opium, provoquant une fuite importante de l'argent, une hausse de la valeur monétaire et une grande difficulté financière. En 1839, le gouvernement des Qing envoya Lin Zexu à Guangzhou interdire la vente de l'opium. Pour protéger ce commerce, la Grande-Bretagne déclencha en 1840 une guerre d'agression contre la Chine. Malgré la résistance héroïque des militaires et civils patriotes avec à leur tête Lin Zexu, le gouvernement des Qing, corrompu et incapable de résister aux invasions étrangères, qui pliait sans arrêt devant les agresseurs, signa avec le gouvernement britannique le Traité de Nankin, bradant ainsi l'honneur national et la souveraineté du pays. A partir de ce moment, la Chine fut réduite petit à petit à un Etat semi-colonial et semi-féodal.

Après la Guerre de l'Opium, la Grande-Bretagne, les Etats-Unis, la France, la Russie et le Japon obligèrent le gouvernement des Qing à signer différents traités inégaux. Une lutte acharnée pour le partage des zones d'influence en Chine se déchaîna entre ces puissances impérialistes qui se disputaient le droit d'établir des concessions. Pour s'opposer à l'oppression féodale et aux agressions venant de l'extérieur, le peuple chinois s'engagea alors dans une lutte héroïque. Un grand nombre de héros se firent remarquer. La révolution des Taiping, qui éclata en 1851 sous la direction de Hong Xiuquan, fut un des plus grands mouvements révolutionnaires paysans de l'histoire moderne de la Chine. La Révolution de 1911, révolution démocratique bourgeoise dirigée par Sun Yat-sen, renversa la dynastie des Qing, mit fin au régime monarchique qui durait depuis plus de 2 000 ans, et fonda le gouvernement provisoire de la République de Chine. Elle fut décisive quant au développement de la Chine moderne. Mais, dans sa fragilité, la bourgeoisie chinoise se laissa aller à des compromis avec les forces contre-révolutionnaires, et ce fut Yuan Shikai, chef des seigneurs de guerre de Beiyang, qui usurpa les fruits de la victoire. Le peuple chinois fut plongé dans un abîme de souffrance.


La Révolution de la démocratie nouvelle (1919-1949)

Sous l'influence de la Révolution d'Octobre en Russie, se produisit alors en Chine un grand mouvement révolutionnaire contre l'impérialisme et le féodalisme: le Mouvement du 4 Mai déclenché par des étudiants patriotiques. Ce fut au cours de ce mouvement que le prolétariat chinois monta sur la scène politique et révéla sa puissance. Le Mouvement du 4 Mai marque le passage de la révolution démocratique de type ancien à la révolution de démocratie nouvelle. Il permit au marxisme-léninisme de se répandre davantage en Chine et de s'intégrer à la pratique révolutionnaire chinoise. Ce mouvement prépara ainsi sur le plan idéologique la fondation du Parti communiste chinois et permit la formation de ses cadres. En 1921, les représentants des groupes communistes qui s'étaient formés dans toute la Chine, Mao Zedong, Dong Biwu, Chen Tanqiu, He Shuheng, Wang Jinmei, Deng Enming, Li Da, et d'autres, tinrent à Shanghai le Ier Congrès du Parti communiste chinois. C'est ainsi que fut fondé le Parti communiste chinois.

En 1924, Sun Yat-sen, précurseur de la révolution démocratique de Chine et fondateur du Guomindang, collabora activement avec le Parti communiste chinois pour rassembler les masses ouvrières et paysannes et organiser l'Expédition du Nord. Après la mort de Sun Yat-sen, le clan de droite du Guomindang, représentée par Jiang Jieshi, déclencha, en 1927, un coup d'Etat contre-révolutionnaire et massacra les communistes et les masses révolutionnaires. Plus tard, il fonda à Nanjing le gouvernement du Guomindang. C'est ainsi qu'échoua la grande révolution. Le Parti communiste chinois prit la tête du peuple chinois pour mener la Guerre révolutionnaire agraire qui dura 10 ans et permit de lutter contre la domination réactionnaire du Guomindang.

En juillet 1937, le Japon déclencha une guerre d'agression générale contre la Chine. Les troupes du Guomindang lancèrent une série de combats, portant un coup sévère à l'armée japonaise. Sous la direction du Parti communiste, la VIIIe Armée de Route et la Nouvelle IVe Armée participèrent à la bataille derrière les lignes ennemies et résistèrent, dans des conditions extrêmement difficiles, à une grande partie des soldats japonais et aux troupes fantoches. Elles jouèrent un rôle décisif dans la victoire contre le Japon.

A partir du mois de juin 1946, les troupes du Guomindang lancèrent une attaque générale contre les régions libérées dirigées par le Parti communiste, déclenchant ainsi une guerre civile d'une ampleur encore inconnue. Pour conduire le peuple chinois à une libération totale, les civils et les militaires des régions libérées, sous la direction du Parti communiste chinois, commencèrent à organiser la Guerre de Libération à l'échelle nationale. Après avoir menée les batailles de Liaoning-Shenyang, de Huai-Hai et de Beiping-Tianjin, ils renversèrent finalement en 1949 le gouvernement du Guomindang et remportèrent la grande victoire de la révolution de la démocratie nouvelle.

Tableau chronologique de l'histoire de Chine :

Xia Environ      XXIe - XVIe siècles av. J.-C.
Shang Environ      XVIe-XIe siècles av. J.-C.
Zhou de l'Ouest Environ      XIe siècle-770 av. J.-C.
Zhou de l'Est (Epoque des Hégémons et Epoque des Royaumes combattants)      770-221 av. J.-C.
Qin      221-207 av. J.-C.
Han de l'Ouest      206 av. J.-C.-24 apr. J.-C.
Han de l'Est      25-220
Trois Royaumes (Wei, Shu, Wu)      220-265
Jin de l'Ouest      265-316
Jin de l'Est      317-420
Dynasties du Sud et du Nord      420-589
Sui      581-618
Tang      618-907
Cinq Dynasties       907 - 960
Song du Nord      960 - 1127
Song du Sud       1127 - 1279
Yuan      1271 - 1368
Ming      1368 - 1644
Qing      1644 - 1911


La République populaire de Chine (à partir de 1949)

Du 21 au 30 septembre 1949, la première session plénière de la Conférence consultative politique du Peuple chinois fut convoquée à Beijing. Cette session regroupa des représentants de différents partis, de groupements sociaux, de milieux divers, ainsi que des personnalités sans-parti. Le Programme commun de la Conférence consultative politique du Peuple chinois, tenant lieu de Constitution provisoire, fut adoptée. Mao Zedong fut élu président du gouvernement populaire central et Zhou Enlai fut nommé premier ministre du Conseil des Affaires politiques et ministre des Affaires étrangères. Le Ier octobre, 300 000 habitants de Beijing se rassemblèrent sur la place Tian'anmen pour célébrer la fondation de la Chine nouvelle. Le président Mao Zedong proclama solennellement la fondation de la République populaire de Chine.

Le début de la fondation de la Chine nouvelle fut une période du redressement de l'économie nationale. Tout en développant la production, la Chine s'efforçait d'établir graduellement la propriété publique des moyens de production. De 1953 à 1956, elle entreprit une transformation socialiste à une grande échelle et mena à bien, avant le terme fixé, le premier plan quinquennal (1953-1957) du développement de l'économie nationale. Elle créa un grand nombre d'industries de base qui étaient indispensables à l'industrialisation du pays et qui n'existaient pas en Chine, telles que la construction aéronautique et automobile, la fabrication de machines-outils de grande capacité, de matériel de haute précision, d'équipements électriques, d'équipements pour l'industrie métallurgique et minière, la fabrication d'aciers alliés et la métallurgie des métaux non ferreux.

Pendant les dix années qui précédèrent la "révolution culturelle", c'est-à-dire de 1957 à 1966, la Chine entreprit la construction socialiste sur une échelle encore plus importante. En 1966, les biens immobiliers de l'industrie pour tout le pays ont quadruplé (en valeur absolue) par rapport à 1956. Le revenu national a augmenté de 58% en valeur relative. La production des principaux produits industriels n'a cessé d'augmenter. De nouvelles branches industrielles ont été mises sur pied. Dans l'agriculture, les infrastructures nécessaires et la modernisation technique ont débuté sur une vaste échelle. Pour ne citer qu'un exemple, le nombre de tracteurs agricoles et la quantité d'engrais chimiques consommés se sont multipliés plus de 7 fois. Dans le domaine des sciences et des techniques, la Chine réalisa avec 5 ans d'avance le Programme duodécennal de développement des sciences et des techniques (1956-1967). Un grand nombre de nouvelles techniques scientifiques connurent un développement très rapide. Cependant, au cours de ces dix années, de graves erreurs furent commises dans l'orientation du travail du gouvernement et du Parti communiste chinois. L'économie nationale connut de sérieuses difficultés.

La "révolution culturelle" qui se déroula de mai 1966 à octobre 1976 fut déclenchée et dirigée par Mao Zedong, président du Comité central du Parti communiste chinois. Les cliques contre-révolutionnaires de Lin Biao et de Jiang Qing profitèrent des erreurs que Mao Zedong commit dans les dernières années de sa vie, pour mener, à son insu, quantité d'activités conduisant l'Etat et le peuple au désastre. Ceux-ci en subirent les conséquences catastrophiques, ainsi que des pertes jamais connues depuis la fondation de la Chine nouvelle. Mao Zedong commit de graves erreurs au cours de la "révolution culturelle", mais si l'on considère sa vie dans son ensemble, sa contribution à la révolution chinoise dépasse de loin ses erreurs.

En octobre 1976, le Parti communiste chinois, soutenu par les masses populaires, écrasa résolument la clique contre-révolutionnaire de Jiang Qing. La Chine entra alors dans une nouvelle étape de développement. En juillet 1977, à la demande pressante du peuple chinois, Deng Xiaoping fut rétabli dans toutes les fonctions dont il avait été destitué au moment de la "révolution culturelle", au sein et en dehors du Parti. La troisième session plénière du Comité central issu du XIe Congrès du Parti communiste chinois, qui se tint à la fin de 1978, marqua un grand tournant dans l'histoire du Parti depuis la fondation de la Chine nouvelle. A partir de 1979, la Chine commença à appliquer la politique de réforme et d'ouverture définie par Deng Xiaoping et à rectifier sérieusement et dans tous les domaines les "erreurs de gauche", qui s'étaient manifestées au cours de la "révolution culturelle" et antérieurement à celle-ci. L'accent fut mis sur l'édification des modernisations. La structure de l'économie nationale fut réajustée, la réforme du système économique et politique fut entreprise. La Chine est parvenue à élaborer sa propre voie pour la réalisation des modernisations socialistes. Depuis la réforme et l'ouverture, la Chine a connu de profonds changements; elle est entrée dans l'époque la plus fructueuse qu'elle ait connue depuis 1949. C'est aussi la période pendant laquelle le peuple chinois a obtenu le plus d'avantages réels.

Jiang Zemin, secrétaire général du Comité central du Parti communiste chinois et président de la Commission militaire centrale depuis 1989 ainsi que président de la République populaire depuis 1993, avec le groupe dirigeant chinois de la troisième génération, suit fidèlement la politique de réforme et d'ouverture préconisée par Deng Xiaoping, contribuant à la stabilité politique, au développement économique et aux nombreuses relations diplomatiques, et obtenant ainsi le soutien de la population.


Suggest to a friend
  Print