Accueil Spot Activité Diplomatique de la Mission Diplomatie de Chine News letter Reportages de Chine
 
Accueil > Culture
La protection des vestiges et des monuments historiques, et les musées
2004/03/15


La Chine, une des plus anciennes civilisations du monde, possède un grand nombre de vestiges et monuments historiques. Il s’agit des vestiges de la culture antique : anciens tombeaux, édifices datant d’époques reculées, grottes et monastères, pierres gravées, précieux objets d’art ou d’art artisanal de l’antiquité ; documents historiques, livres anciens et commentaires ; mais aussi des vestiges et monuments commémoratifs révolutionnaires. Cependant au cours du siècle qui a précédé la fondation de la Chine nouvelle, une grande quantité d’objets historiques précieux ont été pillés et envoyés à l’étranger et de nombreuses constructions très anciennes ont été exposées aux ravages naturels et dévastées par les pilleurs. Dans les villes de Luoyang et de Xi’an en particulier, un certain nombre de tombeaux anciens ont été pillés. Après 1949, le gouvernement promulgua un décret interdisant l’exportation des antiquités, puis une série de lois et de directives sur la collecte des objets d’art révolutionnaire, la protection des constructions antiques et les fouilles archéologiques. Parallèlement, des organisme administratifs de protection des vestiges et monuments historiques ont été mis en place au niveau du gouvernement central et à l’échelon local. A la fin de l’année 1982, le Comité permanent de l’Assemblée populaire nationale a promulgué une loi sur la protection des monuments et objets historiques, qui dresse la liste des monuments historiques protégés et détaille les sanctions encourus en cas de sabotage de monuments historiques, exportation d’antiquités ou fouilles archéologiques non autorisées.

Selon leur valeur, les monuments et sites historiques sont placés sous la protection de l’État, des provinces (régions autonomes et municipalités) ou du district (municipalité). Les villes historiques ou révolutionnaires sont définies comme " villes historiques et culturelles célèbres ". A l’heure actuelle, plus de cinq cents monuments et sites historiques sont placés sous la protection de l’État, par exemple, la place Tian’anmen de Beijing, les Grottes de Mogao à Dunhuang dans le Gansu, le site de Badaling sur la Grande Muraille près de Beijing, le Palais du Potala à Lhassa, la caverne de l’Homme de Pékin à Zhoukoudian Près de Beijing, l’ancienne capitale de l’État de Lu à Qufu dans le Shandong, le tombeau de l’empereur Shihuangdi des Qin à Lintong près de Xi’an, le tombeau de l’Empereur Jaune dans le Shaanxi… cinq mille monuments et sites historiques sont placés sous la protection des provinces (ou régions autonomes et municipalités relevant directement de l’autorité centrale) et dix mille monuments et sites historiques, sous la protection des districts (municipalités). Les " villes historiques et culturelles célèbres " sont au nombre de 99.

La richesse des vestiges historiques contribue au développement des musées. En 1949, l’on en comptait vingt et un dans l’ensemble du pays, tandis qu’à la fin de l’année 1995, il étaient au nombre de 1 194, dont les plus célèbres sont suivants :

--Le Musée du Palais impérial situé au cœur de la ville de Beijing, est le plus grand et le plus ancien musée de Chine. Sa mission est de préserver et d’administrer les constructions impériales des Ming et des Qing, ainsi que les vestiges historiques et la collection d’objets d’art antiques du palais. Il est également chargé de leur mise en valeur, étude et exposition.

--Le Musée d’Histoire de Chine : situé à l’est de la place Tian’anmen de Beijing est consacré à l ‘histoire générale de la Chine. Il a pour tâche de recueillir, répertorier et conserver les objets d’art de la Chine antique et moderne, d’organiser des expositions et de procéder à des recherches scientifiques.

--Le Musée des Statues de Guerriers et de Chevaux en terre cuite du Tombeau de l’empereur Shihuangdi des Qin, situé sur le côté est du tombeau de l’empereur Shihuangdi, dans le district de Lintong, Province du Shaanxi, constitue la plus grande exposition d’objets d’art militaire anciens de la Chine. Dans la salle d’exposition, l’on découvre un millier de statues de guerriers et de chevaux en terre cuite, cortège funéraire de l’empereur Shihuangdi. Leurs attitudes sont étonnamment vivantes et leurs expressions toutes différentes.

--Le Musée de l’ancien site de Hemudu, situé dans le bourg de Hemudu, district de Yuyao, Province du Zhejiang, expose un grand nombre d’objets de l’époque néolithique, parmi lesquels les sculptures sur ivoire, les laques et les poteries sont considérés comme trésor de l’État. Le musée des vestiges de Hemudu, qui se présente sous la forme d’une bâtisse dite Ganlan , du type de celles habitées par nos ancêtres, évoque un oiseau énorme qui déploie ses ailes. Ils symbolisent le culte de l’oiseau dans la culture de Hemudu et faite revivre cette civilisation préhistorique qui s’est épanouie au sud de la Chine il y a 7 000 ans .

--Le Musée d’histoire du Shaanxi

Le Musée d’histoire du Shaanxi est situé dans la banlieue sud de Xi’an, capitale du Shaanxi et la plus célèbre ancienne capitale de Chine. Ce musée occupe une superficie de 65 000 m² et sa surface bâtie atteint 60 000 m². IL est bâti dans le style architectural des Tang (618-907), époque où Xi’an fut une cité très prospère. L’ensemble des constructions associe la structure grandiose, la simplicité et l’élégance des édifices des Tang aux installations des musées contemporains. Le musée possède 370 000 objets, dont les plus représentatifs sont des objets en bronze du XI° au VIII° siècle av. J-C., des figurines en terre cuite du III° siècle av. J-C. au XVII° siècle, des objets d’or et d’argent et des fresques funéraires des Tang (618-907), des miroirs en bronze, des monnaies et des matériaux de construction.


Suggest to a friend
  Print